christopher vasey naturopathe
bandeau










    




La voyance
Comprendre de quoi il s'agit



Certaines gens possèdent le don de voyance, appelé aussi don de double-vue. Une telle faculté existe-t-elle vraiment ? Comment s'explique-t-elle ? Où se trouve ce que voient certaines personnes, et sous quelle forme ?

Les différents aspects de la voyance

Le don de voyance peut se manifester de multiples manières. La plus connue est celle au cours de laquelle le voyant décrit à celui qui le consulte différents épisodes de sa vie passée ou lui parle d'événements qui l'attendent dans le futur. D'autres voyants ont la faculté de voir l'aura des malades. Ils décèlent ainsi le véritable foyer de leurs maladies et peuvent les conseiller en conséquence. Une autre catégorie de voyants est en mesure d'observer les êtres élémentaux, autrement dit les êtres de la nature tels les gnomes ou les elfes… comme ce fut le cas tout au long de l'antiquité chez les Grecs, les Romains, etc.

Ces différents voyants perçoivent des choses encore très proches de la Terre. Il en est d'autres dont les possibilités de vision sont plus larges, et qui embrassent du regard le destin de tout un peuple.

Les prédictions effectuées par Cassandre lors de la guerre de Troie sont célèbres à cet égard. Le sont également celles des prophètes juifs, comme Ezéchiel et Daniel. Grâce à leur don, ils pouvaient décrire à l'avance les calamités qui s'abattraient sur leurs contemporains s'ils ne s'amendaient pas. Parfois, dans le cas de certains voyants ce sont des connaissances plus élevées qui sont vues et transmises. Le riche contenu des révélations rédigées par Hildegarde de Bingen, une abbesse allemande qui vivait au Moyen Âge, témoigne de la hauteur de son inspiration. Quant à Jean, il décrit dans l'Apocalypse, qui se trouve à la fin de la Bible, le destin de l'humanité entière.

Les cas de voyance au cours de l'histoire sont nombreux et le plus souvent impressionnants. Ils remettent cependant en question les conceptions habituelles que nous avons de la voyance.


Qu'est-ce que voir, et qui voit ?

On considère généralement que c'est avec les yeux que l'on voit. En réalité, les yeux ne sont que des instruments capables d'enregistrer les couleurs et les formes des objets, afin de les transmettre au cerveau. En tant qu'outil, ils ne sont donc pas en mesure de voir quoi que ce soit. Ils ne font que donner les informations sur ce qui est à voir. Des lunettes ou des jumelles ne voient pas non plus, ce ne sont que des instruments à travers lesquels on voit.

Si les yeux ne sont pas ce qui voit, est-ce le cerveau ? Au premier abord, il semble que oui puisqu'un centre de la vision a été découvert dans le cerveau. Ce centre reçoit les multiples informations en provenance des yeux et les assemble pour reconstituer l'image de ce qui a été vu. Une question reste cependant ouverte : qui est celui qui visionne l'image ainsi produite ?

Aucun centre cérébral, aucune partie du cerveau, qui remplirait ce rôle, n'a été découvert. La raison fondamentale à cela est que celui qui regarde n'est pas dans le cerveau, mais à l'extérieur de celui-ci.

Cet élément extérieur est l'esprit immatériel de l'être humain, pris dans le sens d'âme. Étant originaire du plan spirituel, l'esprit humain est d'un autre genre que celui du corps physique qui appartient à la matière dense du plan terrestre. C'est pourquoi, lorsqu'un esprit s'incarne sur Terre, il est obligé de revêtir une enveloppe de même densité que ce plan, afin de disposer d'un outil qui lui serve d'intermédiaire. Cette enveloppe est le corps physique. Sans elle, l'esprit ne pourrait ni appréhender le plan terrestre ni agir sur lui.

Le corps n'est donc pas l'être humain lui-même, il n'est qu'un outil mis à la disposition de l'esprit. Or, le cerveau et les yeux qui appartiennent au corps physique ne sont, eux aussi, que des outils. Ce ne sont ni le cerveau ni les yeux qui voient, mais bien celui qui les utilise, l'esprit, le moi véritable.

Comment fonctionne la voyance ?

La nécessité pour l'esprit de posséder une enveloppe de même nature que le plan où il séjourne s'est également présentée pour chaque plan dans lequel il a pénétré. En effet, avant de pouvoir s'incarner sur Terre, l'esprit a traversé tous les plans de matière subtile de l'au-delà. Ainsi, lors de sa descente depuis le plan spirituel jusqu'au plan terrestre, l'esprit, en passant de plan en plan, revêt une enveloppe après l'autre, et – ce qui est fondamental pour notre propos – l'une sur l'autre. À son arrivée sur un nouveau plan, l'esprit ne se débarrasse donc pas de l'enveloppe qui lui avait été nécessaire sur le plan précédent, mais il la conserve. Il est ainsi entouré d'autant d'enveloppes que de plans traversés au cours de sa descente.

Or, toutes ces enveloppes sont équipées d'instruments ou d'organes leur permettant d'appréhender le plan d'où elles sont issues. Chacune de ces enveloppes possède donc des yeux.

Cette « multitude » d'yeux devrait nous rendre possible aussi bien la vision de nos différents corps subtils que celle des divers plans correspondants. Pourquoi n'est-ce pas le cas ? Pourquoi ne voit-on pas tous les plans à la fois ? Cela provient du fait que nos différentes paires d'yeux ne fonctionnent pas toutes en même temps. Seuls les yeux du dernier corps revêtu, le plus dense, sont opérationnels, car ce sont ceux qui sont nécessaires à l'esprit. C'est en effet sur le plan d'où est issu ce corps que l'esprit séjourne et sur lequel il a besoin d'informations pour s'y diriger de manière adéquate.

Si l'esprit recevait des informations provenant simultanément de plusieurs plans, il en résulterait une image confuse qu'il aurait beaucoup de peine à interpréter et qui l'induirait en erreur. Il n'y a donc toujours en fonction qu'une paire d'yeux à la fois. Exceptionnellement, cette paire peut être une autre paire que celle du plan sur lequel l'esprit séjourne ; c'est le cas pour les voyants. Ici sur Terre, un voyant voit de manière générale avec les yeux de son corps physique – comme chacun de nous – mais par moments, il peut également voir avec une autre paire d'yeux. Dans ce cas, ses yeux terrestres ne seront pas en fonction, et ce qu'il verra sera du même genre que le plan auquel appartiennent les yeux an activité : des choses qualifiées d'inexistantes parce qu'invisibles aux yeux du corps terrestre ! La faculté de voyance est donc très justement qualifiée de « seconde vue » ou de « don de double vue ». En plus de la vision terrestre, le voyant dispose d'une deuxième possibilité de voir. La faculté que possèdent certains êtres humains de voir des choses que la majorité ne peut appréhender existe donc. Non seulement elle existe, mais elle s'explique dès que l'on prend en considération la constitution totale de l'être humain. C'est-à-dire aussi bien ses constituants matériels qu'immatériels (le corps physique, les corps subtils, et son esprit). La voyance est effectivement une chose possible et naturelle.

Les facultés de voyance ne sont pas uniformes

Le don de voyance est quelque chose que les voyants portent en eux. Ils n'ont pas besoin d'être mis en état de transe par quelqu'un d'extérieur, sauf s'ils sont des médium-voyants. Leur capacité se manifeste au cours de la journée, à l'état de veille. Elle peut être sollicitée par le voyant s'il en a le désir et s'oriente dans cette direction. Parfois, sa vision lui apparaît spontanément sans qu'il l'ait cherchée.

Certaines personnes possèdent le don de voyance dès leur enfance. Elles n'en sont d'abord pas conscientes. Elles parlent sans retenue de tout ce qu'elles voient, car elles pensent que tout le monde voit la même chose qu'elles. Mais la surprise et l'incompréhension qu'elles suscitent par leur propos, les font réaliser qu'elles doivent posséder une faculté que les autres n'ont pas. Ce fut le cas pour Hildegarde de Bingen dont nous avons parlé plus haut. Pour d'autres personnes, le don de voyance apparaît soudainement au cours de leur vie. Par exemple, Emmanuel Swedenborg qui eut ses premières visions à 56 ans. Dès ce moment, il abandonna sa carrière de scientifique pour consacrer le reste de sa vie aux questions spirituelles.

La faculté de voyance peut durer des années, voire toute la vie, mais elle n'est pas nécessairement permanente. Parfois, elle s'affaiblit, puis disparaît complètement. En dehors de ces cas de voyance il en est d'autres de courte durée. Les yeux d'une personne, qui jusque-là n'était pas voyante, lui sont soudain ouverts afin qu'elle puisse voir quelque chose d'important pour en témoigner. La faculté de voir disparaît sitôt après. Ce fut le cas des bergers de Bethléem qui virent l'ange annoncer la naissance de Jésus.

Les facultés de voyance ne sont pas uniformes. Elles sont réparties différemment pour chaque voyant. Aucun voyant ne peut voir tous les plans. Chacun possède la faculté de voir un plan ou un autre. Ce sont en quelque sorte des spécialistes. Le fait de voir un plan plutôt qu'un autre et surtout un plan plus élevé que les autres, dépend de l'état intérieur du voyant, autrement dit de sa maturité spirituelle. Plus il est évolué, plus il pourra voir haut. Il y a en effet de très grandes différences entre les voyants. Par exemple, entre celui qui s'exprime sur la vie de quelqu'un qui le consulte et celui qui décrit un événement concernant toute une nation (comme les prophètes d'Israël), ou l'humanité entière (comme Jean, dans l'Apocalypse).

La vision directe d'un voyant ne s'élève jamais plus haut que le plan de la Création qu'il atteindra lorsque son âme se libérera du corps physique qui le retenait jusque-là sur Terre. C'est la loi de l'attraction des affinités qui conditionne cela. Cette loi qui fait que les semblables s'attirent, a aussi pour effet qu'on ne peut comprendre et saisir que ce qui est du même genre que soi. Le voyant ne peut voir que jusqu'à son propre niveau, un peu comme un récepteur radio qui ne capte que les ondes réglées sur sa longueur d'onde.

Ce qui vient d'être dit concerne la vision directe du voyant. Il existe en effet aussi une vision indirecte. Dans de tels cas, la noblesse et l'élévation des choses vues se situent à un niveau nettement supérieur à celui du voyant. Elles contrastent fortement avec ce qui émane de lui en tant que personnalité. La loi de l'attraction des affinités n'est cependant pas prise en défaut. Le voyant n'a pas une vision directe de ce qu'il décrit, il lui est montré une image de quelque chose situé bien plus haut. Il décrit alors l'image qu'il voit et non la chose réelle.

Que voient les voyants ?

Selon les yeux subtils qui sont ouverts, le voyant voit un plan ou un autre de l'au-delà. Ces différents plans forment chacun l'environnement dans lequel séjournent les esprits désincarnés qui sont en affinité avec les plans en question. Cet environnement est composé de paysages : prairies, forêts, jardins, habitations. Sur ces plans se trouvent également les formes-pensées des êtres humains. Connaître l'existence des formes-pensées est fondamental pour comprendre le phénomène de la voyance, c'est pourquoi nous devons nous y attarder quelque peu.

N'étant pas visibles sur le plan terrestre, les pensées sont généralement considérées comme n'ayant pas de forme, comme étant du « rien », un rien avec lequel nous pouvons certes raisonner, mais qui n'est rien de concret. Or, les pensées prennent une forme palpable et visible dans l'au-delà. Ces formes sont façonnées avec les matériaux du plan où elles se trouvent. Chacune représente exactement la pensée émise, d'où leur nom de formes-pensées. Elles sont d'autant plus fermes et durables que les intuitions, les sentiments, l'enthousiasme, la haine… qui sont à leur base ou les accompagnent sont eux-mêmes forts.

Tout acte et toute parole étant toujours précédés d'une pensée, tout ce que nous faisons d'important au cours de notre vie se retrouve en formes-pensées dans l'au-delà. Par exemple, lorsque quelqu'un soutient une personne en difficulté, il en résulte une forme-pensée qui représente cet acte d'entraide. Or, les formes-pensées sont reliées à la personne qui les a émises. Elles restent en liaison avec leur auteur. Ainsi, lorsque quelqu'un consulte un voyant, celui-ci peut observer une partie des formes-pensées reliées à la personne. Or étant donné que ces formes montrent ce que la personne a pensé et fait dans le passé, le voyant peut lui décrire des épisodes de sa vie déjà écoulée.

À bien y réfléchir, si la faculté de voyance existe et si un voyant peut décrire ce qu'une personne a fait dans le passé, c'est qu'il y a quelque chose devant lui : des formes qu'il peut observer. Si ce n'était pas le cas, il n'y aurait rien à voir et la faculté de voyance ne pourrait exister. Et ces formes que le voyant observe et qui représentent des événements passés, ce sont les formes-pensées émises pas celui qui le consulte.

Les voyants peuvent-ils voir dans le futur ?

Jusqu'ici nous n'avons parlé que des visions concernant le passé. Comment se fait-il qu'on puisse aussi prédire, autrement dit dire à l'avance, ce qui se passera dans le futur ?

Les formes des événements que nous allons vivre dans le futur ne sont pas élaborées par les puissances invisibles du destin et distribuées arbitrairement aux hommes à leur naissance, comme le relatent les contes et les légendes. L'enseignement du Christ qui, entre autres, spécifie que tout ce que nous semons, nous le récolterons, s'oppose totalement à une telle interprétation. Effectivement, d'après son enseignement, nous ne récoltons que ce que nous avons semé. Notre récolte, ou plutôt, notre destin est donc construit uniquement à partir de ce que nous avons semé, personnellement.

Les formes-pensées dans l'au-delà représentent ce que l'être humain a pensé et fait. Elles recèlent tout son vécu passé, autrement dit les pensées et les sentiments qu'il a ressentis et les événements auxquels il a participé. Mais étant donné que l'esprit humain récolte tout ce qu'il a semé, les formes-pensées sont aussi le modèle des événements à venir. Elles représentent donc les événements futurs dont il devra faire l'expérience pour en tirer les leçons et progresser. Or, le voyant voit ces formes-pensées. Il lui est donc tout à fait possible de « prédire », autrement dit, de dire à l'avance ce qui se prépare pour la personne en question.

Les formes-pensées concernant le passé ne sont donc pas différentes de celles qui ont trait au futur. Ce sont les mêmes. Cela constitue d'ailleurs une difficulté pour le voyant. Il peut avoir de la peine à savoir si ce qu'il voit concerne un événement imminent ou représente ce qui s'est déroulé dans un passé lointain.

L'existence de la forme représentant un événement à venir ne peut pas plus être mise en doute que l'existence de la forme représentant le passé, car ces deux formes peuvent être vues. Et cela, pas uniquement par un seul voyant, mais par plusieurs différents qui feront, d'ailleurs – sans se concerter – une description similaire des formes observées.

Les difficultés liées à la voyance

Les voyants doivent rester parfaitement neutres et objectifs lors de leurs visions. Il leur est en effet très facile de les déformer, sans le vouloir. S'ils ont une idée préconçue sur la personne qui les consulte ou qu'ils cherchent à l'influencer dans une direction donnée, ils perdent cette neutralité. En effet, leurs propres pensées produisent des formes-pensées qui vont se mêler à celles qu'ils observent. Le risque est alors grand de les considérer comme faisant partie de la situation objective du sujet. Il ne s'agit pourtant que de la projection de leur propre avis et de leur souhait. L'image qu'ils auront de la situation de la personne sera fausse. Les conseils qu'ils se permettront de donner seront par conséquent au mieux inadaptés, au pire préjudiciables. Le phénomène de projection décrit à l'instant est à l'origine d'une partie des erreurs de prédiction ou d'interprétation des voyants.

La deuxième difficulté concerne la transmission correcte de ce qui a été vu. Même lorsqu'un voyant voit avec toute la netteté et la clarté nécessaires – ce qui souvent est loin d'être le cas – il lui faut encore exprimer clairement et fidèlement sa vision. La qualité de la transmission dépend cependant de sa capacité à traduire en mots ce qu'il a vu. Selon cette capacité, la description sera fidèle ou non, autrement dit utile ou pas. Un bon voyant est donc quelqu'un qui doit non seulement voir clairement, mais savoir aussi exprimer avec justesse ce qu'il a vu. Il le doit d'autant plus que sa manière de comprendre et de s'exprimer sera fatalement teintée par sa personnalité et son éducation.

Le rôle de la voyance

Quel est donc le rôle de la voyance dans l'ordre général des choses, puisque dans tous les peuples, partout sur le globe terrestre et tout au long de l'histoire de l'humanité jusqu'à nos jours, il y a eu des voyants ?

Les connaissances de l'être humain ne peuvent pas se limiter à ce qui est terrestre. Elles doivent s'étendre à «l'autre monde». L'être humain est en effet un esprit immatériel incarné dans un corps physique. Étant donné que son origine est le plan spirituel, situé au sommet de la Création, l'esprit humain appartient à cet autre monde.
Mais comment l'être humain terrestre peut-il se rendre compte de l'existence des plans de l'au-delà, ne serait-ce que des plus proches, s'il ne les voit pas ?
A part les intuitions personnelles qu'il peut en avoir ou les révélations qu'il reçoit à ce sujet, une des possibilités lui a été donnée au cours de l'Histoire par des voyants. Ces derniers sont en effet comme des fenêtres ouvertes sur cet autre monde.


Christopher Vasey

Article basé sur les connaissances du Message du Graal