christopher vasey naturopathe
bandeau










    




La science et l’existence de Dieu
Témoignages de scientifiques quant à l’existence
de Dieu



Les découvertes scientifiques, comme celles sur l’atome, les gènes, la formation de l’univers (le big-bang …) ont amené beaucoup de gens à rejeter l’existence de Dieu. Ils ont pensé qu’étant donné que les phénomènes naturels  pouvaient être expliqués par les propriétés et les lois de la matière, cela excluait forcément Dieu.

S’il en était vraiment ainsi, on pourrait penser que la science pousse nécessairement à être athée, ce qui n’est pas le cas. Bien au contraire, de nombreux scientifiques, et ce parmi les plus grands et connus, affirment que si l’on va au fond des choses, les découvertes de la science constituent les meilleures preuves de l’existence de Dieu.

C’est ce que Louis Pasteur (1822 - 1895), inventeur des vaccins, a exprimé en disant : « Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ». Ceci est confirmé par Lord Kelvin (1824 - 1907) le fondateur de la thermodynamique : « Si vous pensez suffisamment fort, vous serez contraints par la science à croire en Dieu ».

D’où vient cette conviction ?

Confrontés à la perfection de la nature et en en découvrant constamment de nouveaux aspects, de nombreux scientifiques, en réfléchissant sur l’origine de cette perfection, ne purent réagir que comme Voltaire (1694 - 1778) le fit : « L’univers m’embarrasse, et je ne peux concevoir que cette horloge marche et n’ait point d’Horloger ».

Par exemple, l’astrophysicien vietnamien Trinh Xuan Thuan (1948) explique : « L’univers est réglé avec une précision infinie pour que la vie apparaisse. … Je pense qu’il y a un principe créateur qui a réglé tout cela dès le début … quand je vois toute cette beauté, cette harmonie, cette organisation, c’est difficile de croire que tout est hasard, que rien n’a de sens, que nous sommes là par hasard, que toute cette architecture cosmique est faite par hasard. »

Werner von Braun (1912-1977), ancien directeur de la NASA, abonde dans le même sens : « On ne peut être confronté à la loi et à l’ordre de l’univers sans conclure qu’il doit exister une conception et un but derrière tout ça … Plus nous comprenons les complexités de l’univers et ses rouages, plus nous avons des raisons de nous étonner de la conception inhérente qui le sous-tend …Etre forcé de ne croire qu’en une seule conclusion – que tout dans l’univers soit apparu par le fait du hasard – violerait l’objectivité de la science elle-même … Quel processus aléatoire pourrait produire le cerveau d’un homme ou le système de l’œil humain ? »

Deux siècles avant lui, Isaac Newton (1642-1727), le célèbre astronome et physicien anglais, écrivait : « Ne doutez pas de l’existence du Créateur ! Il est, en effet, impensable que ce soit la nécessité seule, qui dirige l’univers ! Car une nécessité aveugle, et échappant à tout changement, on ne peut imaginer qu’elle soit à l’origine de ce monde avec toute sa diversité et l’harmonie et l’ordre qui la caractérisent, et ce malgré le changement des temps et des lieux ! Disons plutôt que tout cela ne peut provenir que d’un Être éternel doué de sagesse et de volonté ».

Reprenant l’image du grand Horloger donnée par Voltaire, le professeur Rémy Chauvin (1913 - 2009), entomologiste, qui étudia toute sa vie les ruches et les fourmilières s’exclame : « Oui, je crois qu’il y a un Grand Horloger, que j’appelle le Grand Ingénieur, mais, comme je vous l’ai déjà dit, ses desseins m’embarrassent. Ces admirables mécanismes qu’il a montés, je n’en discerne pas toujours la raison. J’ai la sensation d’être devant une intelligence si grande, si monstrueusement différente de celle de l’homme que j’en éprouve non seulement du respect, mais une certaine crainte. »

Charles Darwin (1809 - 1882), fondateur de la théorie de l’évolutionnisme, questionné sur l’existence d’une force directrice derrière l’évolution répondit : « Oui, bien sûr, je l’admets. Je suis obligé de le faire parce que l’évolution est toujours allée en avant et vers le haut, de formes de vie primitives à plus élevées. Cela ne peut avoir lieu par hasard. Ce ne serait pas scientifique d’affirmer une telle chose, parce que le hasard ne peut pas toujours avancer dans la même direction. »

Pour Albert Einstein (1879 - 1955), bien connu pour sa théorie de la relativité : « Il est certain que la conviction, apparentée au sentiment religieux, que le monde est rationnel, ou au moins intelligible, est à la base de tout travail scientifique un peu élaboré. Cette conception, profondément ressentie, d’une raison supérieure qui se manifeste dans le monde de l’expérience constitue ma conception de Dieu ».

Une conception génératrice de joie

Des scientifiques actifs dans des domaines très différents ont témoigné de leur conviction en l’existence de Dieu et de la joie que cette croyance leur apportait dans leurs activités : « Aujourd’hui, je suis heureux de dire », déclare Albert McCombs Winchester (1908), président de l’Académie des sciences de Floride : « qu'après plusieurs années d’étude et de travail dans les domaines de la science, que ma foi en Dieu, plutôt que d’avoir été secouée, s’est fortifiée et a acquis une fondation plus forte que jamais. La science apporte un aperçu de la majesté et de l’omnipotence de l’Être suprême qui grandit avec chaque nouvelle découverte ».

Le chimiste quantique, Dr. Henry Fritz Schaefer (1944), lui, écrit : « Le sens et la joie dans ma science viennent dans les moments occasionnels où je découvre quelque chose de nouveau et où je me dis : ainsi c’est comme ça que Dieu a fait ! »

Thomas Edison (1847 - 1931), l’inventeur de l’ampoule électrique, confie : « J’admire tous les ingénieurs, mais surtout le plus grand d’entre eux : Dieu ! »

Christopher Vasey

 

 

En complément à cet article, voici encore d'autres citations :

« Les recherches biologiques sur l'ADN ont montré, par la complexité presque inconcevable des arrangements nécessaires pour produire la vie, qu'une intelligence devait nécessairement être impliquée. »

Anthony Flew (1923 - 2010), philosophe

« Un système de codage est toujours le résultat d'un processus mental ... Il est clair que la matière en tant que telle est incapable de générer un quelconque code. Toutes les expériences indiquent qu'une pensée volontaire qui exerce sa propre volonté, conscience et créativité est nécessaire. »

Werner Gitt (né en 1937), physicien, à propos du code génétique

Max Planck (1858 - 1947), prix Nobel de physique, déclara au cours d'une conférence sur l'atome : « Il n'y a pas de matière en soi. Toute matière naît et existe uniquement sous l'effet d'une force, qui fait osciller les particules de l'atome et les rassemble pour former le plus petit système solaire. Mais puisqu'il n'existe aucune force intelligente ou éternelle dans tout l'univers, nous devons admettre qu'un esprit conscient et intelligent se trouve derrière cette force ... Mais comme il ne peut pas y avoir non plus d'esprit en soi puisque tout esprit appartient à un être, nous devons absolument admettre l'existence d'êtres pensants. Et comme des êtres pensants ne peuvent pas être issus d'eux-mêmes mais doivent bien être créés, je ne crains pas de nommer ce créateur par le nom que lui ont donné toutes les civilisations de la terre depuis des millénaires : Dieu. »

« La première gorgée du verre de la science naturelle vous transformera en athéiste, mais au fond du verre Dieu vous attend. »

Werner Heisenberg (1901 - 1976), physicien, fondateur de la mécanique quantique

« Dieu a en fait écrit deux livres et pas un seulement. Bien sûr, nous connaissons tous le premier livre qu'Il a écrit, à savoir les Saintes Écritures. Mais Il a écrit un second livre appelé la création. »

Francis Bacon (1561 – 1626), philosophe et scientifique

« Ma religion consiste en une humble admiration de l'esprit supérieur illimité qui se révèle dans les plus petits détails que nous sommes capables de percevoir avec notre frêle et faible entendement. »

Albert Einstein (1879 – 1955), physicien

« Un peu de philosophie  conduit à l'athéisme, mais beaucoup ramène à Dieu. »

Francis Bacon (1561 – 1626), philosophe et scientifique

 

 

« Le monde est la création de Dieu, et les savants dans leur compréhension du monde reconstituent simplement les pensées de Dieu. Les savants ne sont pas des créateurs mais des découvreurs ... La chose importante concernant l'acte de création est qu'elle révèle le Créateur. L'acte de création porte toujours la signature du Créateur. »

William Demski (né en 1960), mathématicien

 

« Je vois dans le cerveau toute la beauté de l'univers et son ordre – signes constants de la présence de Dieu. »

Candace Pert (1946 - 2013), pharmacologiste et découvreuse des neuro-transmetteurs,

« Les phénomènes naturels sont les signes de Dieu dans l'univers et les étudier est pratiquement une obligation religieuse. Le Coran demande aux humains de « parcourir la terre, et de voir comment Il a initié la création ». Les recherches sont un acte d'adoration, puisqu'elles révèlent les merveilles de la création de Dieu. »

Mehdi Golshani (né en 1939), physicien

« La recherche purement mathématique en elle-même ... par son caractère particulier, sa certitude et sa rigueur, élève l'esprit humain plus près du divin que ne peut le faire aucun autre moyen. Les mathématiques sont la science de l'infini. »

Hermann Weyl (1885 - 1955), mathématicien

 

 

« Je voyais l'éternel, l'omniscient et le tout puissant Dieu ... Je suivais la trace de ses pas dans les différents domaines de la nature et trouvais dans chacun d'eux, même ceux que je distinguais à peine, une sagesse et une puissance infinie, une perfection. »

Carl von Linné (1707 -1778), botaniste, à propos de la variété des plantes

« Dieu a utilisé de belles mathématiques pour créer le monde. »

Paul Dirac (1902 – 1984), physicien et mathématicien

« Plus le domaine de la science s'étend, plus nombreux deviennent les arguments puissants et irréfutables prouvant l'existence d'un Créateur éternel à la puissance illimitée et infinie. Les géologues, les mathématiciens, les astronomes et les naturalistes ont tous collaboré à bâtir l'édifice de la science, qui est, en vérité, le socle de la Grandeur suprême de Dieu l'unique. »

William Herschel (1738 - 1822), astronome

« Heureux celui qui dans ses doctes veilles

De ce vaste univers contemplant les merveilles

Devant tant de beauté, devant tant de grandeur

S'incline et reconnaît un divin créateur.

Je ne partage point la folle inconséquence

Du sachant qui, d'un Dieu conteste l'existence,

Qui ferme son oreille à l'annonce des cieux,

Et refuse de voir ce qui brille à ses yeux. »

André-Marie Ampère (1775 - 1836), physicien qui fonda l’électromagnétisme

« Le véritable homme de science ne peut pénétrer de force dans les secrets de la création sans percevoir le doigt de Dieu. »

Robert Boyle (1627 - 1691), le père de la chimie moderne