christopher vasey naturopathe
bandeau










    





La première impression,
pourquoi est-elle toujours la bonne?



Qu'est donc cette première impression que la sagesse populaire dit être toujours la bonne ? Comment se fait-il qu'elle nous renseigne si bien sur les gens que nous rencontrons même lorsque ceux-ci nous sont totalement inconnus ? D'où vient-elle ? Pourquoi « voit »-elle toujours juste ?

Un ressenti immédiat

La première impression vient de l'esprit et non du cerveau. Elle est l'intuition qui, lors de la confrontation directe avec quelqu'un, apparaît tout de suite, dès le premier instant, avant tout autre chose. Elle est spontanée et s'impose comme évidente. C'est elle qui nous permet de saisir la personnalité profonde de quelqu'un que nous rencontrons pour la première fois, et ceci dès les premières secondes de la rencontre.

Bien que nous ne connaissions pas la personne, nous ressentons immédiatement que c'est quelqu'un de bon, d'honnête, de capable… sur lequel nous pouvons compter, à qui nous pouvons faire confiance.

Après un court échange avec un candidat qui se présente pour un poste, le chef d'entreprise ressent tout de suite qu'il convient, même sans regarder son CV et ses références. Ou alors, même si les références d'un candidat ne sont pas bonnes, il le choisit quand même, ce qui se révélera comme très judicieux par la suite.

Lorsque nous sommes un nouveau membre dans un groupe, très souvent, nous savons immédiatement avec qui nous sympathiserons. La solide amitié qui se développe ensuite montre que notre intuition initiale était juste.

Une femme rencontre pour la première fois un homme et aussitôt, elle ressent que c'est l'homme de sa vie. Leur heureuse vie en commun prouve que sa première impression était bien exacte.

À l'inverse, il se peut que nous ressentions tout de suite que la personne que nous rencontrons est fausse, malveillante, menteuse… et que nous ferions bien de nous en méfier.

Vous refusez les services d'un conseiller financier que l'on vient de vous présenter, car il réveille en vous un sentiment de méfiance. Quelque temps après, vous apprenez qu'il a été arrêté pour gestion abusive de fonds.

Un élève est troublé par quelque chose qui le touche profondément. Un camarade de classe le remarque et lui demande ce qui se passe. Étant nouveau dans cette école, l'élève ne connaît pas ce camarade, mais il ressent fortement qu'il ne doit pas se confier. Bien que ce camarade insiste, il ne lui dit rien. Il apprend plus tard que celui-ci est un grand bavard et ne peut garder un secret.

Des réflexions qui sèment la confusion

Dans ces exemples, la personne a agi chaque fois en fonction de sa première impression. Cela s'est révélé bénéfique, puisque les événements qui ont suivi lui ont donné raison. Mais nous n'agissons pas toujours d'après la première impression. En effet, s'il est spécifié qu'elle est la première, c'est que dans un deuxième temps, d'autres impressions suivent. Elles le font tout naturellement, si la vie fait que l'on reste en contact avec la personne rencontrée.

Aux cours des échanges ultérieurs, d'autres impressions surgissent en nous, en fonction de ce que cette personne fait et dit, mais aussi en fonction de ce que les gens racontent à son sujet. Finalement, une nouvelle opinion se forme en nous. Elle a pour caractéristique de ne pas être spontanée comme la première, mais réfléchie. Elle n'est donc pas un produit de l'activité de l'esprit, c'est-à-dire de l'intuition, mais du travail du cerveau, donc de l'intellect. C'est l'aboutissement de l'analyse par le cerveau de toutes les choses remarquées au cours des échanges ultérieures.

Cette opinion ne s'impose donc pas tout de suite comme juste, mais avec le temps seulement, après réflexion. Le plus souvent, elle est alors considérée comme la seule valable, si bien que la première est rejetée comme erronée. La personne concernée agit désormais en se basant sur sa dernière opinion, pour découvrir après quelque temps qu'elle a eu tort de le faire. Elle se retrouve dans une situation malheureuse et en subit les préjudices.

Elle en vient à regretter son choix en réalisant qu'elle aurait mieux fait de suivre sa première impression. Que celle-ci était juste.

Ceci dit, les réflexions ultérieures peuvent aussi confirmer la première impression correcte de l'esprit.

Lorsque la première intuition n'est pas écoutée

Le fait de regretter de n'avoir pas suivi sa première intuition est très courant dans les relations humaines, que ce soit dans les relations sociales, amoureuses, professionnelles, entre voisins, etc.

Prenons le cas d'un banquier qui rencontre un homme d'affaires pour la première fois. Au cours d'une soirée, ils sont présentés l'un à l'autre. Le banquier ne sait rien de l'homme d'affaires car il ne l'a jamais vu et personne ne lui en a parlé. Sa première impression est qu'il faut être prudent. Il ressent un malaise en sa présence et se sent repoussé par lui. Il perçoit très nettement que quelque chose n'est pas en ordre avec lui, sans savoir précisément de quoi il s'agit.

Cette première impression assez tranchée peut s'atténuer avec le temps. En effet, au cours de rencontres ultérieures, l'homme d'affaires se montre toujours très correct et poli. Son discours est pondéré et raisonnable. Sa tenue et son comportement sont agréables. Le banquier change peu à peu d'avis, au fur et à mesure des rencontres ultérieures. Finalement, il en vient à se dire qu'il s'est trompé quant à cet homme d'affaires. Il le voit maintenant comme quelqu'un de bien à qui l'on peut faire confiance et il entre en affaires avec lui. Au début, tout se passe bien, mais par la suite, il découvre que l'homme d'affaires l'a trompé. Ce dernier a abusé de sa confiance et l'a escroqué de grosses sommes d'argent. Il ne peut plus que regretter de n'avoir pas suivi sa première impression qui l'avait incité à la prudence.

La situation inverse peut aussi arriver. Vous rencontrez pour la première fois une personne pour laquelle vous ressentez tout de suite une grande sympathie. Vous êtes attiré par cette personne qui a l'air d'être quelqu'un de bien. Cependant, différents membres de votre entourage vous en parlent de manière défavorable. Elle serait méchante et égoïste. Influencé par l'image que l'on vous en a donnée, vous rompez tout contact avec elle. Bien après, un jour que vous êtes en détresse, cette personne vous vient en aide. Elle se montrera dévouée et généreuse, comme votre première impression vous l'avait signifié. Vous regrettez alors de ne pas vous être fié à votre première impression.

Pourquoi la justesse des premières impressions?

Le bien-fondé de la première impression a été confirmé tant de fois par les faits et chez tant de personnes que la sagesse populaire l'a exprimé dans le célèbre dicton : « La première impression est toujours la bonne ! »

Pourquoi est-ce le cas ? Comment se fait-il qu'elle soit plus juste que les impressions ultérieures ?

Si la première impression est toujours la bonne, c'est qu'elle est une intuition issue de l'esprit, alors que l'impression ultérieure résulte des réflexions menées par le cerveau. La première impression a bien les caractéristiques d'immédiateté et d'évidence des intuitions. Elle est tout de suite ressentie comme juste, ce n'est qu'après la prise en considération des aspects extérieurs et l'avis de connaissances qu'elle est modifiée et rejetée.

Les intuitions viennent de l'esprit, qui reconnaît immédiatement la nature de l'esprit qui se tient devant lui, même s'il ne le rencontre que pour la première fois. L'affinité de genre – les deux esprits sont tous deux spirituels – lui permet tout de suite de saisir la nature de l'autre esprit, sans avoir à se référer à l'enveloppe physique dans laquelle il est incarné.

L'esprit humain en soi n'est pas lié à l'espace et au temps. Il voit au-delà des apparences terrestres. Il ressent immédiatement et avec justesse la personnalité de son vis-à-vis. Cette impression est rapide et il faut être vigilant pour ne pas la laisser passer.

L'esprit est cependant incarné dans un corps physique muni d'un cerveau. L'activité psychique ne se limite donc pas au travail de l'esprit : l'intuition. Très vite, il est suivi de celui du cerveau. Étant lié à l'espace et au temps, ce dernier se préoccupe de ce qui, comme lui, est matériel et terrestre. Il observera et analysera en se basant sur l'aspect visible de la personne en face de lui : son apparence extérieure, son habillement, sa manière de se mouvoir, de se comporter… L'évaluation se fait aussi en fonction de son discours, c'est-à-dire de ce qu'elle exprime verbalement sur elle-même. À cela, il faut encore ajouter l'avis des connaissances de la personne concernée.

Le cerveau se concentre sur la forme et non le fond. Il peut ainsi facilement se laisser abuser par ce que la personne met en avant, intentionnellement ou inconsciemment.

Ne disposant pas d'une vue d'ensemble, le cerveau se base sur des informations fragmentaires et en partie fausses. Les décisions qu'il prend ou les avis qu'il se forge ne correspondent par conséquent pas toujours à la réalité. Ils sont souvent erronés. Il a tendance à rejeter la vision plus large des choses qui vient de l'intuition parce que, n'étant pas en affinité avec elle, il n'arrive ni à la saisir ni à concevoir qu'elle puisse être valable. Le plus souvent, il se contente de sa vision des choses et fait alors une fausse appréciation de la personne en face de lui. Bien sûr, nous pouvons aussi arriver à une évaluation correcte de quelqu'un avec l'intellect. Mais cela prend du temps et n'est jamais aussi certain que celle issue de notre première impression.

Pourquoi ne suivons-nous pas notre première impression ?

Pour quelles raisons n'agissons-nous pas toujours d'après la première impression que nous avons de quelqu'un ?

L'une de ces raisons est que cette personne réussit parfois à nous faire changer de perspective. Elle nous fait quitter le terrain des intuitions, d'où viennent les premières impressions, pour nous amener sur celui de la pensée rationnelle. Elle avance des arguments matériels, d'où naissent toutes sortes de « preuves » tangibles qu'elle est quelqu'un de bien. Si l'on ne prend pas garde, on peut se laisser gagner par la logique de cette personne, ce qui nous fera abandonner la première impression.

Un vendeur vous propose un article, mais vous ressentez mal le personnage. Il ne vous inspire pas confiance et vous êtes bien décidé à ne rien lui acheter. Mais il insiste et vante sa marchandise. Il se présente comme étant honnête et soucieux de la satisfaction de ses clients. Il mentionne en passant ses bonnes références, raconte quelques anecdotes, loue votre bon goût…, tant et si bien que vous oubliez peu à peu votre première impression. Finalement, vous lui accordez votre confiance et vous achetez ce qu'il vous a proposé. Quelque temps plus tard, vous découvrez qu'il vous a trompé sur la marchandise.

Le travail de persuasion des séducteurs est du même genre. La première impression de rejet, ressentie avec raison, est souvent abandonnée car noyée sous de nombreux compliments, sourires, attentions, cadeaux et invitations !

Une autre raison pour laquelle nous ne suivons pas toujours notre première impression est tout simplement que nous ne voulons pas l'entendre, étant donné qu'elle va à l'encontre de nos désirs et contrarie nos projets.

Quelqu’un cherche un associé pour réaliser un projet qui lui tient très à cœur. Il a absolument besoin de quelqu'un pour l'aider, sinon le projet ne peut pas se faire. Malheureusement, il ne trouve personne ayant les qualités requises. Un jour cependant, un ami lui parle d'une connaissance qui pourrait être la bonne personne. L'initiateur du projet se réjouit beaucoup de cette bonne nouvelle. Il s'enthousiasme déjà de bientôt pouvoir passer à l'action, si bien que lorsqu'il rencontre cette personne, il perd toute objectivité. Sa première impression est qu'elle ne fera pas l'affaire. Cependant, son désir de commencer son projet est si fort qu'il minimise ses faiblesses et insuffisances, fait taire ses doutes. Il s'associe avec elle pour constater quelques semaines plus tard que cette personne n'est pas à la hauteur de sa tâche.

Pourquoi ne suivons-nous pas notre première impression ?

Pour quelles raisons n'agissons-nous pas toujours d'après la première impression que nous avons de quelqu'un?

L'une de ces raisons est que cette personne réussit parfois à nous faire changer de perspective. Elle nous fait quitter le terrain des intuitions, d'où viennent les premières impressions, pour nous amener sur celui de la pensée rationnelle. Elle avance des arguments matériels, d'où naissent toutes sortes de « preuves » tangibles qu'elle est quelqu'un de bien. Si l'on ne prend pas garde, on peut se laisser gagner par la logique de cette personne, ce qui nous fera abandonner la première impression.

Un vendeur vous propose un article, mais vous ressentez mal le personnage. Il ne vous inspire pas confiance et vous êtes bien décidé à ne rien lui acheter. Mais il insiste et vante sa marchandise. Il se présente comme étant honnête et soucieux de la satisfaction de ses clients. Il mentionne en passant ses bonnes références, raconte quelques anecdotes, loue votre bon goût…, tant et si bien que vous oubliez peu à peu votre première impression. Finalement, vous lui accordez votre confiance et vous achetez ce qu'il vous a proposé. Quelque temps plus tard, vous découvrez qu'il vous a trompé sur la marchandise.

Le travail de persuasion des séducteurs est du même genre. La première impression de rejet, ressentie avec raison, est souvent abandonnée car noyée sous de nombreux compliments, sourires, attentions, cadeaux et invitations !

Une autre raison pour laquelle nous ne suivons pas toujours notre première impression est tout simplement que nous ne voulons pas l'entendre, étant donné qu'elle va à l'encontre de nos désirs et contrarie nos projets.

Quelqu’un cherche un associé pour réaliser un projet qui lui tient très à cœur. Il a absolument besoin de quelqu'un pour l'aider, sinon le projet ne peut pas se faire. Malheureusement, il ne trouve personne ayant les qualités requises. Un jour cependant, un ami lui parle d'une connaissance qui pourrait être la bonne personne. L'initiateur du projet se réjouit beaucoup de cette bonne nouvelle. Il s'enthousiasme déjà de bientôt pouvoir passer à l'action, si bien que lorsqu'il rencontre cette personne, il perd toute objectivité. Sa première impression est qu'elle ne fera pas l'affaire. Cependant, son désir de commencer son projet est si fort qu'il minimise ses faiblesses et insuffisances, fait taire ses doutes. Il s'associe avec elle pour constater quelques semaines plus tard que cette personne n'est pas à la hauteur de sa tâche.

Une aide précieuse

La première impression est une aide précieuse qui nous est donnée pour nous diriger dans la vie. Nous pouvons en bénéficier pleinement, en étant conscient de son existence et en nous efforçant d'y être attentif.

Christopher Vasey

Article basé sur les connaissances du Message du Graal