christopher vasey naturopathe
bandeau










    





L'être humain a-t-il du divin en lui ?



On entend dire ici et là que l'être humain posséderait au plus profond de lui quelque chose de divin, et qu'il doit développer ce précieux trésor et être à son écoute pour se diriger correctement dans la vie. Mais l'être humain est-il vraiment de genre divin ? Quelles sont les origines de cette conception et quelles en sont les implications ?

Cette croyance provient d'un certain ressenti et de l'interprétation qui en est faite. Chacun a probablement déjà perçu qu'il possède au fond de lui quelque chose qui lui permet de se dépasser lui-même et d'agir avec noblesse, justice et compassion. C'est une chose dont émanent également des intuitions fulgurantes et justes qui lui font soudain voir la réalité de manière beaucoup plus claire et vraie, une chose qui fournit des solutions à des problèmes qu'il croyait inso¬lubles et, parfois, l'avertit de dangers imminents.

Ces manifestations ont été considérées avec raison comme dépassant ce que le terrestre était capable de produire, et comme étant beaucoup plus élevées et précieuses.

Pour mettre en avant le caractère merveilleux et supraterrestre de ces manifestations, certaines personnes leur ont attribué la plus haute origine qu'elles pouvaient imaginer : une origine divine.


Le panthéisme

Une autre raison de croire qu'il existe une particule divine en l'être humain découle du panthéisme. D'après cette conception philosophique, il n'y a pas de séparation entre Dieu et sa Création. Dieu n'est pas à l'extérieur et à côté de celle-ci, mais réside en elle. Il y aurait identité entre Dieu et sa Création, ensemble ils ne formeraient qu'un. L'univers avec tout ce qu'il comporte serait donc Dieu ; ou, pour être concis : Dieu est tout et tout est Dieu.

L'être humain étant une partie de ce tout, il est donc également une partie de Dieu, et c'est pour cette raison qu'il serait porteur d'une particule divine. Posséder cette particule expliquerait que l'être humain puisse vouloir le bien et ressentir ce qui est noble, grand et élevé.
De plus, en évoluant, cette particule se développe, grandit et, en atteignant son plus haut degré de perfectionnement, finirait par submerger la personnalité entière, ce qui permettrait finalement à la vraie nature divine de l'être humain de se manifester pleinement.

Une autre manière de voir

Dans l'approche spiritualiste, le Créateur transcende la Création, c'est-à-dire qu'Il est au-dessus, et séparé d'elle. Le Créateur a créé la Création. Elle est son œuvre et elle se trouve en dehors de lui. Il ne réside pas en elle, ni ne fait un avec elle. Il s'agit de deux éléments distincts.

Étant extérieure à lui et un produit de sa Volonté, la Création n'est pas du même genre que Dieu. Elle est d'un genre totalement autre, beaucoup plus dense, lourd, rude et imparfait.

Les créatures qui résident dans la Création, comme les animaux et les êtres humains, ont été créées par Dieu. Elles sont également son œuvre et elles appartiennent à la Création. Faisant partie de celle-ci, elles ne sont pas du même genre que Celui qui les a créées. Les esprits humains ne peuvent par conséquent pas se prévaloir de posséder quelque chose de divin en eux.

Qu'en dit la Bible ?

Bien que dans la Bible Dieu soit présenté comme étant séparé de sa Création, un passage est souvent évoqué pour suggérer le contraire. C'est celui qui mentionne que «Dieu créa l'homme à son image» (Genèse 1,27)

Créer «à l'image de quelque chose» a une double signification : soit reproduire exactement, c'est-à-dire faire un double ; soit représenter quelque chose d'approchant. De laquelle de ces deux possibilités est-il question ici ? Les faits excluent d'office la première interprétation, car à l'évidence l'homme n'est pas une reproduction exacte de Dieu. C'est donc la deuxième interprétation qui est utilisée dans le verset biblique. L'homme n'est qu'une représentation, mais dans quelle mesure cette représentation se rapproche-t-elle de son modèle ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire d'être conscient que créer à l'image n'équivaut pas à créer une image.

Créer à l'image signifie créer selon l'image du Créateur, donc selon une représentation de lui et non pas directement d'après lui. L'être humain est donc l'image d'une représentation. On est ainsi très loin d'une identité de genre qui pourrait justifier que l'être humain porte en lui quelque chose de divin.

Bien que l'être humain n'ait rien de divin en lui, ne lui serait-il pas possible d'acquérir ce genre en se perfectionnant comme l'affirment les panthéistes ? Ce serait possible si le développement des facultés humaines était illimité. Or ces facultés dépendent de leur origine et sont conditionnées par elle.

L'origine de l'être humain

Les grandes religions confirment toutes que la Création est constituée de différents plans superposés, et de genres différents.
Ces différents plans vont maintenant être présentés de haut en bas de manière schématique. Pour avoir l'image complète, il faut cependant se souvenir que le Créateur de ces plans, Dieu, se trouve en dehors et au-dessus de ceux-ci.

  • Le plan spirituel ou paradis, origine des esprits humains
  • Le plan de l'essentialité, origine des âmes animales
  • Le plan de la matière subtile, appelé aussi l'au-delà
  • Le plan de la matière dense, auquel appartient la Terre.

Chacun de ces plans, qui d'ailleurs se subdivise en sous-plans, est construit avec des matériaux d'un genre bien particulier et différent de celui des autres plans. Les esprits humains, qui sont originaires du plan spirituel, appelé paradis, sont constitués avec les matériaux de ce plan, alors que les âmes animales le sont avec les matériaux du plan de l'essentialité d'où ils sont issus. Les matériaux de ces deux plans étant de genres différents, les caractéristiques et les facultés des esprits humains sont autres que celles des animaux.

Tous les êtres vivants peuvent évoluer, mais ils ne le font toujours qu'à l'intérieur de leur genre. Le matériau de base qui constitue chaque être conditionne ses possibilités de développement. Jamais une créature ne pourra développer ce qui n'est pas déjà contenu dès le départ dans son genre.
Un animal, par exemple, peut se développer, mais en tant qu'animal. Jamais, même grâce à une évolution particulièrement poussée, il ne peut sortir de son genre pour passer dans celui qui se situe au-dessus de lui, autrement dit devenir un être humain. C'est tout à fait impossible, car l'âme animale ne possède pas en elle le genre spirituel qui lui permettrait d'acquérir les facultés spirituelles de l'homme. Chaque genre reste ce qu'il est. Par conséquent, l'esprit humain, qui est de genre spirituel, demeure toujours spirituel. Il lui est à tout jamais impossible d'acquérir quelque chose de divin.

Le trésor en nous est l'esprit

L'esprit humain parcourt les différents plans de la Création en vue de son évolution, ce qui l'amène aussi à s'incarner sur Terre. Sur chacun des plans, il revêt une enveloppe, ou corps, de même genre que ce plan, ce qui lui permet de l'appréhender et d'y agir. Sur le plan terrestre, cette enveloppe est le corps physique. Ce corps est équipé d'un organe très performant, le cerveau, qui permet à l'esprit de réaliser sa volonté sur Terre.

À cause de son genre matériel, le cerveau a une vision qui se limite à ce qui est de genre matériel. Il ne peut saisir que ce qui est terrestre comme lui. Les facultés intellectuelles, bien que limitées à la matière, sont capables de grandes choses sur le plan terrestre, comme on peut le constater en observant toutes les réalisations techniques et les constructions qui en sont issues.

L'être humain est d'ailleurs tellement fasciné par ces réalisations, qu'il a concentré toute son attention et son énergie sur ses facultés intellectuelles et qu'il a négligé ses facultés spirituelles. Ne les utilisant que très peu, il a fini par les oublier et par ne plus en être conscient. C'est pourquoi, lorsque celles-ci se manifestent, il en est émerveillé.

Étant spirituelles, et non matérielles, les facultés de l'esprit ont un champ d'action qui dépasse la matière et le terrestre. Ce champ d'action est infiniment plus vaste et plus complet, et s'élève très haut, jusqu'au spirituel. Cela donne à l'esprit une vision bien plus claire des situations et des événements, et lui permet d'autant mieux de trouver des solutions aux problèmes.

Lorsque sur Terre l'être humain accède à ce savoir sous forme d'une intuition, d'une inspiration ou d'un rêve prémonitoire, il est surpris de la force et de la justesse de ce qui lui parvient. Il trouve cela tellement plus élevé, plus puissant et plus merveilleux que ce qu'il a l'habitude d'obtenir avec son cerveau, qu'il lui attribue une origine divine et qu'il donne à ce «quelque chose» qui le traverse, le nom de particule divine. En réalité, cette chose si précieuse est son esprit.

Ces manifestations n'ont donc rien de divin, mais sont spirituelles. Ce sont les manifestations normales de l'activité de l'esprit, mais qui ne sont perçues qu'épisodiquement, car l'être humain a négligé ses facultés spirituelles, en se consacrant, par l'intermédiaire de son intellect, presque exclusivement à ce qui est matériel.

Si les manifestations de notre esprit nous font prendre conscience de la précieuse valeur des facultés spirituelles qui sont enfouies en nous, elles nous montrent également que ce qui est divin est forcément beaucoup plus élevé, puisque d'un genre tout autre et bien supérieur.

Christopher Vasey

Article basé sur les connaissances du Message du Graal